Expérimentation du manuel numérique dans 13 lycées alsaciens : rien n’est prêt ! Il faut reporter le démarrage !

La région Grand Est a annoncé, à grands renforts d’articles dans la presse locale, l’expérimentation du manuel numérique à la rentrée 2017 dans 50 lycées « volontaires » des académies de Reims, Nancy-Metz et Strasbourg (13 établissements en Alsace), avant une généralisation. Mais ce projet ressemble à une initiative purement politique, qui n’intègre pas les aspects pédagogiques dans sa réflexion : pour preuve, les nombreux impensés du projet, qui laisse à l’écart les enseignants et les représentants élus des personnels, jamais consultés et avertis en mars. Les fédérations des parents d’élèves ont été reçues par la grande région, qui les a placées devant le fait accompli.

De nombreux aspects de ce projet interrogent et inquiètent nos organisations, la FCPE, la PEEP et le SNES FSU. Pour nous, le numérique n’est qu’un outil, pas une fin en soi et il doit être mis au service de la pédagogie. Or les manuels de démonstration ne seront accessibles pour les enseignants que de la mi-juin à la mi-juillet, période déjà très chargée en raison des examens ; ils auront donc peu de temps pour consulter et choisir un manuel, qui ne sera disponible qu’au 1er septembre, càd qu’il faudra débuter sans le recul et les préparations habituels. De plus, l’expérimentation concernera les 3 niveaux (2nde, 1ère, Terminale) d’un seul coup. Le début de l’année scolaire risque d’être chaotique, ce qui est problématique pour les élèves de terminale.

La région a fait un appel d’offre pour l’équipement des élèves et financera la moitié du matériel (environ 200 euros) pour ceux qui choisiront le prestataire retenu. En sus dans le package : une licence Microsoft et une assurance casse-vol. Le fonds d’aide au numérique, un temps envisagé pour les familles défavorisées, n’est plus d’actualité. Quant aux enseignants, ils se débrouilleront pour s’équiper. Cela pose la question de ce qui ressemble à de la « vente forcée » (licence Microsoft et non logiciels libres, appel d’offres pour achats groupés). Outre l’achat du matériel, les frais annexes n’ont pas été pris en compte : écouteurs ou casques, housse de protection… Enfin, si aucune « barrière » n’est prévue, les élèves pourront vagabonder sur internet pendant les cours.

L’équipement des établissements reste à l’état de projet. La région assure qu’elle déploiera des réseaux wi-fi et renforcera l’équipement des établissements concernés en vidéoprojecteurs. Nous suggérons de commencer par s’assurer que les équipements choisis ne menacent la santé ni des élèves ni des personnels.

Enfin, le manuel numérique questionne sur son empreinte écologique et son impact sanitaire et social  (durée de vie des équipements réduite, surexposition aux écrans et aux ondes wi-fi, déchets électroniques, conditions de travail dans les usines de fabrication).

Constatant l’impréparation de cette expérimentation, dont l’intérêt semble surtout un affichage de modernisme, la FCPE du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, la PEEP de l’Académie de Strasbourg, et le SNES FSU académique demandent un moratoire afin de remettre à plat ce projet, cela sans présager de notre position à venir. En tout état de cause, il est irréaliste de penser qu’on peut démarrer en septembre dans des conditions acceptables pour tous, élèves et enseignants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s