Plan étudiant : les 20 mesures passées au crible (2/6) : Au Lycée – L’orientation.

1. Désignation de deux professeurs principaux (un seul aujourd’hui) en classe de terminale

Le problème de l’accompagnement ne sera pas réglé avec un double accompagnement de professeurs. Encore faut-il que ceux-ci aient une vision claire des cursus post bac proposés et une capacité à conseiller les élèves, au-delà de l’approche statique des seuls résultats.

• Sur quels critères choisir ces professeurs ? la base du volontariat ou des compétences- appétences ? Sans parler de la double indemnisation qui va grever les budgets des établissements déjà à flux financiers tendus.

2. Deux semaines dédiées à l’orientation pour tous les élèves en terminale

Du temps en terminale dédié à l’orientation

L’élève doit penser à son orientation et à son avenir professionnel bien avant la classe de terminale. Les deux semaines en classe de Terminale paraissent placées trop tardivement dans le cursus scolaire et surtout à une période où toute l’énergie de l’élève est concentrée sur l’examen final.

• Pourquoi ne pas systématiser l’organisation dans chaque lycée d’un ou plusieurs forums des métiers dédiés avec présentation par les parents volontaires des élèves de leur cursus, parcours et fonctions ?
Au-delà, il est nécessaire de déployer les moyens d’informations cohérents relatifs aux débouchés des filières, informations statistiques et qualitatives, chances de réussites dans la scolarité, taux d’insertion professionnelle …/…

• Il est également fondamental de réfléchir « métier » afin que le jeune puisse essayer de se projeter.

3. Examen approfondi par le conseil de classe du projet d’orientation de chaque élève

Le conseil de classe, le nouveau pilier de l’affectation dans les filières du supérieur

La réduction à 10 choix au lieu de 24 ne résoudra pas le problème de la cohérence entre besoins exprimés des élèves et cohérence des affectations. Au contraire même, elle risque de déboucher sur des phénomènes d’entonnoir au lieu de faciliter la dispersion des choix et donc des flux de candidats.

Encore aujourd’hui, l’orientation est vue sous le seul prisme de la scolarité et donc des avis des conseils de classe, suite aux résultats et au comportement de vie scolaire des élèves. On raisonne à court terme sans prendre réellement en compte les dispositions et aptitudes de chaque jeune. Et cette évolution va renforcer l’avis des conseils de classe terminale, ceux-ci devenant ainsi les organes de décision (tout particulièrement celui du second trimestre) des orientations post baccalauréat. Or ce n’est pas leur mission première.

4. Dialogue renforcé, sous l’autorité du recteur, entre enseignement secondaire et enseignement supérieur

« Comment des professeurs pourront valablement émettre des avis sur les choix d’orientation des élèves en terminale ?
Comment pourront-ils avoir une connaissance éclairée de toutes les filières du supérieur et de leurs attendus ?

Quel climat de confiance pourra réellement s’installer entre les élèves de terminale et leurs professeurs dans la mesure où l’avis de ces derniers sera déterminant dans l’acceptation ou non de leurs vœux d’orientation dans l’enseignement supérieur ? »

N’oublions pas que la cotation des établissements scolaires est conditionnée par les choix d’orientation des élèves, ce qui génère un processus d’orientation des élèves par les flux et non un processus qualitatif qui pourrait intégrer des besoins entre autres économiques.

Enfin, trop d’incertitudes demeurent quant à l’agenda de terminale, à la méthode de processus de décision, aux droits et devoirs des élèves et de leurs familles en lien avec les établissements scolaires.

Point de vigilance

Chaque élève devra remplir une fiche Avenir dans lequel il indiquera ses choix d’orientation. Le conseil de classe donnera ainsi un avis pour chaque vœu. L’avis sera pris en compte par les filières du supérieur lors de la sélection des élèves.

5. Déploiement du dispositif « étudiant ambassadeur »

« La PEEP appelle à la vigilance des parents délégués de classe en terminale : Ils devront s’assurer de la bienveillance des avis émis. Il est toujours préférable d’avoir en la matière une posture encourageante et positive. « 

Dispositif « Etudiant ambassadeur ».

Des services civiques afin d’aider les CIO. Le système actuel souffre plus du manque de connaissances et de compétences des acteurs chargés de l’aide à l’orientation que de moyens humains.
La mise en relation des acteurs des métiers et les jeunes aurait plus d’impact sur la construction du parcours Avenir de l’élève.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s