A propos de Parcoursup.

La réforme de l’accès à l’enseignement supérieur instaure, dès janvier 2018, « parcoursup » en remplacement d’APB qui a cristallisé toutes les critiques avec le recours au tirage au sort dans plusieurs universités.

Cette réforme entend conditionner l’accès aux études supérieures à des attendus sensés éclairer les futurs étudiants sur les compétences requises pour chaque formation. Cependant il est à craindre que cette nouvelle procédure ne soit pas exempte de tout risque de sélection. La mise en œuvre de ces attendus pose la question de la reproduction des inégalités sociales entre élèves. Comme l’explique Annabelle Allouch : « … l’institution transforme de micros différences scolaires en différences de statut social entre le premier admis et le dernier recalé. »

Si les éventuelles déclinaisons locales des attendus doivent avoir pour finalité de préciser le cadrage national pour certaines formations, la question des critères devant permettre l’analyse des dossiers des élèves nous préoccupe, ces derniers pouvant fortement varier en fonction des établissements et des domaines de formation.

Quels seront les critères retenus par les universités pour arbitrer les vœux des futurs étudiants : uniquement les notes, l’avis du conseil de classe, le contenu de la fiche « Avenir » ? Dès lors, comment établir le profil de l’élève en rapport avec l’analyse des dossiers tout en veillant à ne pas être discriminant socialement ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s