Compte rendu réunion d’échanges avec les fédérations de parents d’élèves du 4 février 2019.

  1. Travaux

Tous les lycées seront câblés à la rentrée de septembre, même s’ils ne rentrent pas dans le 4.0 immédiatement. Idem pour l’augmentation des débits internet et pour le déploiement des Video-Projecteurs Interactifs (VPI). La Région envisage de faire les travaux en sites occupés, ce qui conduira peut-être à des aménagements d’emploi du temps mais sans perturber les examens. Les Maisons de la Région sont d’ores et déjà mobilisées sur le terrain.

  1. Différents scenarii rentrée 2019

FCPE 67 et 68 + PEEP souhaitent un passage uniquement des secondes volontaires. Il est rappelé que le passage au 4.0 se fera uniquement sur la base du volontariat des établissements et des projets pédagogiques des lycées. Tous les acteurs sont mobilisés pour répondre aux demandes.

La Région met à disposition les moyens utiles.

Les rectorats seront présents sur les questions de formation des enseignants et le suivi pédagogique.

Les éditeurs ont assuré être prêts pour la réforme des lycées. Néanmoins, il est rappelé que le « manuel » numérique n’est qu’un des outils mis à disposition puisque d’autres ressources type « moodle » peuvent être mobilisées par les enseignants pour pallier d’éventuels problèmes.

Une information commune Région – Rectorat sera faite prochainement vers les établissements.

  1. Gratuité

Dans la suite des annonces du Président, une étude de faisabilité technico-financière sur la gratuité des équipements destinés aux élèves est en cours. Les résultats seront connus sous 4 à 6 semaines. La Région est ouverte aux propositions qui pourraient lui être faites par les organisations de parents d’élèves. Certaines apparaissent déjà : gratuité totale sans condition de revenus, mise à disposition sur une période donnée avec possibilité de rachat à un prix symbolique en fin de période de prêt. Doit-on parler de « gratuité » ou de « prise en charge totale de l’équipement » ? Cette thématique sera l’objet de la prochaine réunion.

Mme GUILLEMY ouvre la séance en rappelant que la réunion s’inscrit dans la suite de celle du 7 janvier 2019 et portera sur les questions des travaux dans les lycées et sur les avis des représentants des parents d’élèves sur les différents scenarii possibles à la prochaine rentrée.

1.   Travaux

Mme GUILLEMY rappelle que tous les lycées seront câblés à la rentrée de septembre, même s’ils ne rentrent pas dans le 4.0 immédiatement. Idem pour l’augmentation des débits internet et pour le déploiement des Vidéoprojecteurs Interactifs (VPI).

J-F VENDRAMINI présente la situation. Les premières consultations d’entreprises auront lieu mi-février.

La Région envisage de faire les travaux en sites occupés, ce qui conduira peut-être à des aménagements d’emploi du temps.

M. SCHNEIDER (FCPE) s’inquiète des conditions de travaux dans les lycées classés. Les travaux de câblages ne nécessitent pas de démolition et n’impactent pas les façades extérieures. A ce stade nous n’avons pas identifié de problématiques majeurs à ce sujet. La cartographie des travaux est en cours de réalisation. Les travaux s’échelonneront en fonction de plannings définis par les Maisons de la Région. Il est prévu que ces travaux soient terminés au 1erseptembre.

M. JACQUOT (FCPE) souhaite des garanties sur l’absence de nuisances pendant les examens du baccalauréat. La Région a bien pris cet élément en compte et les travaux seront suspendus durant les épreuves.

Mme MARTINEAU (APEPA) aborde la question du déploiement des responsables CMIL’s et insiste sur une meilleure transmission de l’information.

O. MARTIN lui répond que les CMILs sont désormais encadrés par des responsables qui sont réunis régulièrement afin de partager les informations importantes, quant aux travaux, sous l’égide des maisons de la Région, ils devront prendre en compte les périodes d’examen. Une planification précise facilitera les choses.

Mme MARTINEAU demande à disposer d’informations détaillées sur les budgets, notamment le total des dépenses une fois que le projet sera terminé ?

Mme GUILLEMY rappelle que les budgets de la Région sont publics.

M. JACQUOT souhaite savoir si la Région continuera à financer les travaux dans les lycées privés.

Il est rappelé par F. ZIMMERLIN que la Région intervient dans le cadre de la loi qui permet de financer les travaux dans les lycées privés jusqu’à un plafond fixé par les textes législatifs en vigueur. Pour ce qui est du fonctionnement, la Région a l’obligation de financer sur la base du coût moyen d’un élève dans le public.

2.   Scenarii rentrée 2019

A la question du scenario souhaité pour la rentrée prochaine, FCPE 67 et 68 + PEEP souhaitent un passage uniquement des secondes volontaires.

Les 3 académies ont également le même avis, passage des élèves de seconde uniquement, voire des premières.

Pour la FCPE, Mme CARRON demande quelles ont été les conclusions de la rencontre entre le Président ROTTNER et le Ministre de l’Education Nationale évoquée le 7 janvier. Elle fait part des craintes de son organisation sur le niveau de préparation des éditeurs.

Sur ce dernier point, R. DAUPHIN rappelle que la Région a rencontré les éditeurs qui ont annoncés qu’ils seraient prêts, même si le calendrier est tendu. Concernant le GAR, le Président a rappelé au Ministre les difficultés au moment de la rentrée ; Le ministre a indiqué qu’un un groupe dédié au Grand Est à l’intérieur de ses services (Direction Numérique Educatif).

M. JACQUOT s’interroge sur ce qu’il advient si le CA d’un lycée vote contre le passage au 4.0 ?

Mme GUILLEMY indique que le principe est de passer les classes de seconde en 4.0. Toutefois, si un CA se prononce pour un report, il devra argumenter sur sa situation, la décision revenant au Rectorat avec l’avis de la Région

Mme CLAUDEPIERRE redonne la position de la FCPE qui souhaite une année blanche afin de poser les choses : projet pédagogique, formation des enseignants, travaux, bilan pédagogique, soucis techniques existant …

M. NEISS rejoint les préoccupations exprimées. Il souligne que les formations sont mises en place dans tous les lycées qui sont entrés dans le 4.0. Le temps pour préparer le projet pédagogique a déjà commencé, certains lycées ont déjà commencé et demandé l’accompagnement du Rectorat. Selon lui, les éditeurs fourniront les éditions numériques en même temps que les éditions papiers. Sur le bilan pédagogique, il est en préparation avec l’ensemble des acteurs. Cependant l’impact sur l’apprentissage des élèves prendra plusieurs années avant de pouvoir être mesuré, sachant que d’autres facteurs interviennent.

M. LEPAGE (FCPE) exprime sa surprise de voir qu’un déploiement massif peut se faire alors que les cycles d’apprentissage ne peuvent pas encore être évalués. Il pourrait être envisagé d’attendre une réelle évaluation avant de faire un déploiement plus large. Il se demande pourquoi ne pas définir des territoires « test » ?

M. NEISS estime que lorsque les établissements ont le choix de la manière de rentrer dans le dispositif, on ne peut pas appeler ça de la marche forcée. Les 3 Rectrices ont le même point de vue et il n’est pas envisagé d’avancer différemment sur les territoires. Si les éditeurs ne sont pas prêts, cela n’est pas du ressort du Rectorat ou de la Région. Cela dit, le numérique permet d’avoir accès à d’autres ressources que le seul manuel numérique ; c’est l’avantage du programme « lycée 4.0 » que de pouvoir bénéficier d’outils autres (type Moodle), permettant de palier les éventuelles difficultés de la réforme.

Mme CLAUDEPIERRE revient sur ce qui  se passe pour un lycée qui ne met pas le point du lycée 4.0 à l’ordre du jour du CA ?

A. HIBOUR souligne qu’il n’y a aucun piège. Les lycées seront tous destinataires d’une information de la Région et du Rectorat ; ils devront se positionner sur les différents scénarii. Les CA devront donc être saisis de la question. Concernant les ressources numériques, Mme HIBOUR estime que pour les éditeurs, il est plus simple de faire des manuels numériques. M. LEPAGE conteste cette analyse. R. DAUPHIN estime quant à lui que la maquette des manuels est numérique, c’est pourquoi ceux-ci seront prêts avant les manuels papiers.

Mme CARRON aborde la question des filières dont certaines ne disposent pas de manuels numériques.

Mme LUTZ (PEEP) veut s’assurer que les secondes pros auront toutes des manuels numériques car il semble qu’aujourd’hui selon elle certains élèves n’ont toujours pas de manuels aujourd’hui.

M. NEISS rappelle qu’il existe effectivement une différence entre les fières professionnelles et générales. On a remarqué que les lycées pro ont créé beaucoup de parcours Moodle (créés par les enseignants) qui bénéficient à tous les élèves. Il ne faut pas voir le projet 4.0 uniquement sous l’angle du manuel numérique, il y a beaucoup d’autres usages à développer.

M. OZCELIK (FCPE)se dit un peu perdu par la méthodologie. Des informations divergentes sont diffusés dans la presse, il lui paraît donc difficile pour les fédérations de parents de suivre la Région.

Mme GUILLEMY indique qu’en termes de méthode, le Président souhaite recueillir tous les avis et qu’il en tient compte. Ainsi ce qui a pu être évoqué le 29/01/2019 est directement lié à ce qui a été évoqué avec les fédérations de parents d’élèves. Aujourd’hui, tout s’accélère sur la réforme des lycées et des programmes, il faut donc en tenir compte. La Région met en place les moyens pour que les lycées passent au numérique, cependant, ils sont autonomes et décideront eux-mêmes de franchir le pas avec l’accord du Rectorat puisqu’il s’agit de pédagogie.

La vraie question c’est surtout de savoir si les établissements souhaitent profiter des changements de programmes pour mettre en œuvre le lycée 4.0.

M. JACQUOT: souligne le fait que demander aux établissements s’ils veulent entrer dans le dispositif ou justifier pourquoi ils ne veulent pas y entrer, ce n’est pas la même chose.

M. LEPAGE rappelle le soutien des parents d’élèves numérique, ce qu’ils veulent c’est l’égalité des chances avec la gratuité des équipements et une garantie que le déploiement technique soit opérationnel.

M. JACQUOT souhaite que la Région garantisse que TOUS les manuels seront disponibles au téléchargement et que tous les établissements auront le débit nécessaire pour la consultation des manuels.

Mme GUILLEMY indique que les travaux avec les éditeurs ne suscitent pas d’inquiétude particulière même si la réforme du lycée rend les choses complexes. Elle rappelle que la Région maintient ses dispositifs en faveur de l’acquisition des livres.

Mme MARTINEAU souhaite des explications sur le terme un « projet bien muri » ?

M. NEISS répond que le Rectorat de Strasbourg s’attache surtout à contrôler qu’il y a bien eu un débat auprès de l’équipe pédagogique et au CA, afin que personne ne soit oublié.

Mme CARRON demande combien de lycées restent à équiper ? à142 lycées publics

Mme MOYANO (FCPE) veut savoir si le budget 4.0 est en investissement ou en fonctionnement et si pour les niveaux qui ne rentrent pas dans le 4.0, les aides au manuel papier sont maintenues ?

Mme HIBOUR rappelle que le budget du 4.0 est en investissement. Quant aux aides anciennement lycéo, multipassplus et PRS, elles seront maintenues pour les niveaux qui ne passent pas au numérique.

3.   Gratuité

Pour la FCPE, Mme CLAUDEPIERRE demande où en est la réflexion de la Région sur la gratuité des équipements ?

Mme GUILLEMY répond que le Président a demandé aux élus et aux services de travailler sur l’hypothèse de la gratuité des outils informatiques à destination des familles àfaisabilité et coûts.

Le rendu de l’étude devrait intervenir d’ici 1 mois ou 1,5 mois.

M. LEPAGE estime qu’il s’agit d’un nouveau changement de position de la Région car il pensait que la gratuité était actée, comme cela est indiqué dans la presse et comme cela a été discuté en plénière du Conseil Régional. Mme MOYANO renchérit en rappelant que cette interprétation était celle de la presse.

Mme GUILLEMY indique que la décision n’est pas encore prise car ce sont les élus qui décideront. Pour cela, ils ont besoin d’avoir des informations techniques et financières leur permettant de prendre les bonnes décisions, notamment sur les équipements qui seront proposés.

Mme LUTZ fait lecture d’un article paru le 22 janvier dernier dont elle transmettra la copie à propos des manuels numériques.

Mme MARTINEAU demande quel sera l’équipement choisi s’il y a gratuité.

Pour Mme STARASELSKI (PEEP), il conviendrait de prévoir un dispositif pour les élèves en situation de handicap, et notamment former les parents à l’usage du numérique pour accompagner leurs enfants à domicile. M. NEISS évoque à ce sujet la réflexion du Rectorat actuellement pour associer les parents d’élèves mais aussi les éditeurs afin de permettre la diffusion de l’information aux parents.

M. SCHNEIDER lit un article de la revue Café Pédagogiquequi indique que le BYOD n’est pas adapté.

M. NEISS répond que l’ordinateur est le plus souvent sollicité mais dans certains lycées professionnels notamment, la tablette est plus adaptée.

Mme REYMOND demande plus de temps consacré à cette question de la gratuité et souhaite que ce point puisse être discuté au début de la prochaine réunion.

Mme MOYANO se demande si la Région veut de nouveau étudier la faisabilité de la gratuité et si elle besoin des représentants des parents d’élèves pour cette étude ?

Pour Mme GUILLEMY, la Région attend des fédérations de parents des propositions sur la manière dont elles pourront accompagner les familles dans la mise en place du dispositif.

M. JACQUOT estime que la Région doit être plus claire sur ce qu’elle demande aux fédérations de parents et sur les choix qu’elle va faire. Ce que veut la FCPE, c’est la gratuité totale pour les familles quel que soit leurs revenus.

M. WIRTZ (FCPE) propose d’utiliser le vocable « pise en charge totale de l’équipement », plutôt que « gratuité ».

Pour Mme CARRON (FCPE), on pourrait également envisager la mise à disposition du matériel sur 3 ans par exemple avec achat par la famille au bout de cette période, fut ce à un prix symbolique.

En fin de réunion, Mme LUTZ demande l’arrêt de la tablette proposée cette année est effectivement arrêtée.

S. KRILL lui répond que le fabricant HP a effectivement cessé la production de ce modèle. La Région réfléchit donc à en trouver un autre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s